Sous la bannière-titre  des « Petits Mondes », Sylvia Goubern nous présente son petit théâtre de l’instant.
Fragments de vie, incursions dans l’intime, ses installations et ses sculptures sont souvent des révélateurs de fragilité et de solitude.
 
« La maison » est son nouveau champ d’expérimentation. Un travail sur l’argile, qu’elle déforme, plie, froisse, boursoufle,donnant ainsi naissance à une sorte de famille étrange de maisons porteuses de nouvelles histoires.
Maisons-témoin à usage unique pour y vivre des émotions fantasmagoriques.